Interview de Marine Lorphelin

Marine Lorphelin : de Miss à médecin

Découvrez notre interview VIP !

La belle aux yeux verts a séduit les Bourguignons en 2012, a représenté la France en 2013 et s’est classée 1ère dauphine de Miss Monde 2013. Cette charnaysienne d’origine est restée proche de sa Saône-et-Loire natale. Élue reine de beauté à seulement 19 ans, elle revient aujourd’hui sur son expérience, tout en évoquant son actualité.

Devenir Miss n’a jamais été un rêve de jeune fille pour elle. Plutôt un concours de circonstances qui a finalement très bien fait les choses !

“Les années passent trop vite, c’était il y a 7 ans déjà. Aujourd’hui, je porte bien sûr un regard bienveillant sur ce concours, et je suis très  reconnaissante par rapport à tout ce que ce programme m’a apporté. J’encourage les jeunes femmes à vivre une aventure comme celle-ci : Miss France m’a fait grandir plus vite, une entrée dans la vie active assez intense, mais au final, je n’en retiens que du positif.”

Contre toute attente, son élection n’a pas été un frein dans la poursuite de ses études. Étudiante en faculté de médecine, Marine est aujourd’hui en huitième année de médecine, deuxième année d’internat et se destine à une carrière de médecin généraliste.

Je touche au but et j’en suis très heureuse !

Elle  jongle aussi avec ses activités d’ambassadrice pour Garnier, de porte-parole pour l’Unicef et de rédactrice pour son propre blog “l’effervescence de Marine” spécialisé dans le bien-être et la santé. Elle est aussi très attachée à l’association “Les Bonnes Fées” rassemblant de nombreuses anciennes Miss :

“Cette association nous a permis de réaliser plein de belles choses, notamment la création de “Maisons des Bonnes Fées”, situées à côté des centres d’oncologie. Il s’agit d’espaces bien-être où les patientes peuvent bénéficier de moments de bien-être grâce à des socio-esthéticiennes.”

Ma notoriété au service de la santé !

Une chose est sûre, les projets ne manquent pas et Marine Lorphelin n’a pas fini de nous divulguer ses précieux conseils. Un projet de livre pour fin 2020 est en cours mais avant ça, elle animera des chroniques santé sur le web dès début 2020 aux côtés de Michel Cymès et d’un troisième partenaire.

“Nos regards vont se compléter, c’est très intéressant”.

Désormais installée à Paris, Marine revient régulièrement en Saône-et-Loire pour se ressourcer, presque une nécessité.

“Je viens voir mes parents dans le Mâconnais, je prends l’air en allant me balader dans les vignes ou je vais manger sur les quais à Mâcon”.

L’autre actu “blouse blanche”

 

La Saône-et-Loire a récemment déployé le premier Centre de santé départemental en France, à l’initiative du Conseil départemental et une première nationale pour endiguer la désertification médicale. Cela a permis à ce jour au Département de recruter 40 médecins généralistes et 15 assistantes administratives répartis dans 5 centres de santé territoriaux et 15 antennes. Pour un accès aux soins facilité pour tous.

www.centredesante71.fr

Attentive, la future médecin a également suivi le projet de Centre de santé départemental et s’en félicite.

“Je suis fière que mon département ait eu cette initiative. Il est vrai que notre métier de généraliste peut être compliqué, par rapport aux tâches administratives par exemple : ce système permet d’avoir du soutien, c’est peut-être une solution pour l’avenir notamment dans les zones rurales.”

Elle qui a su concilier la rigueur de ses études aux paillettes du monde médiatique, s’impose comme un modèle pour les jeunes filles. Son élection et la surexposition n’ont pas éloigné la jeune femme de ses objectifs. Elle utilise cette mise en lumière pour faire passer des messages dans son domaine de prédilection : la santé.