Grand site de France Solutré Pouilly Vergisson

Le secret de la Roche de Solutré

La Roche de Solutré nous a-t-elle révélé tous ses secrets ? Il est en tout cas un mythe dont elle peine à se débarrasser : celui de la chasse à l'abîme.

Roche de Solutré - Saône-et-Loire
Roche de Solutré   © DSL/Sylvain Pierre

Sur le Grand Site Solutré Pouilly Vergisson, la Roche de Solutré culmine à 495 mètres. Point de vue incontournable à ne pas manquer ! Spectaculaire escarpement calcaire, au milieu des vignobles du Mâconnais.  

 

Le magma de cheval

Magma de cheval de la Roche de Solutré
Magma de cheval - Roche de Solutré © SMGS

Il s'agit de restes des chevaux abandonnés sur le site de Solutré qui se sont cimentés avec l'eau et le calcaire. Le magma de cheval est présent  sur plus d'un hectare dans une couche qui mesure parfois jusqu'à un mètre d'épaisseur ! Cette couche représente plusieurs dizaines de milliers de chevaux chassés et abattus pour leur viande et leur peau, à Solutré pendant plus de 25 000 ans.  

 

Le mythe de la chasse à l'abîme

Gravure solutré

 

Attention cette gravure d'Emile Bayard est à l'origine d'idées fausses et de vrais clichés ! C'est une illustration devenue célèbre du roman de d'Adrien Cranile : "Solutré ou les chasseurs de rennes de la France centrale" publié en 1872 Adrien Cranile utilise un pseudo et se nomme réellement Adrien Arcelin. C'est l'un des découvreurs du site de Solutré. A l'époque il est courant de romancer ses théories afin de vulgariser la recherche et favoriser la curiosité scientifique. Pour expliquer le Crot du Charnier, gigantesque gisement de restes de chevaux au pied de la Roche de Solutré, Adrien imagine qu'ils ont été précipités du haut de la Roche. Seulement voilà, on ne retrouve aucune fracture parmi tous les ossements retrouvés sur le site !  

 

Tactiques de chasse

Plusieurs hypothèses possibles, mais peu d'éléments permettent de comprendre quelles tactiques de chasse étaient privilégiées. Les chasseurs pouvaient se tenir à l'affût derrières des rochers ou encore poursuivre les chevaux jusqu'au pied de la falaise. Il s'agissait en tout cas d'un site d'embuscade sur lequel étaient utilisés des propulseurs. Le propulseur est un bâton muni d'un crochet qui permet d'envoyer une lance avec une pointe en silex taillée.  

 

Pour en savoir plus, direction le musée de Préhistoire

Galopade de chevaux
© Musée de Préhistoire/Syndicat Mixte du Grand Site Solutré Pouilly Vergisson

Enchâssé au pied de la roche de Solutré, à proximité d'un des plus riches gisements préhistoriques d'Europe, le musée de Préhistoire apporte un éclairage passionnant sur une période de quelques 25 000 ans, à travers collections, maquettes, animations sonores et audiovisuelles. Culture essentielle du site préhistorique de Solutré, le Solutréen (- 20 000 à - 16 000 ans), inventeur de l'aiguille à chas et auteur de chefs-d'œuvre de la taille du silex (feuilles de laurier) occupe à juste titre le devant de la scène. Aménagé sur le site de fouilles, le jardin archéologique et botanique complète quant à lui la visite du musée.

 

Aujourd'hui on admire les Konik Polski sur le site de Solutré

Chevaux Konik Polski sur le site de Solutré
© DSL / Véronique Givord

Ce cheval polonais est reconnu comme l'un des plus proches descendants naturel du cheval primitif sauvage européen, le Tarpan. Arrivé dès 2002 sur le site de Solutré, un troupeau de Konik Polski est installé pour la mise en œuvre d’un pâturage écologique. Les temps ont bien changé !

Musée de la Préhistoire Impasse du Grand Pré
71960 Solutré-Pouilly